FR
DE
*

Informations de contact

* Champ requis
*
*
*
*
*
*
*
*
*
En spécifiant la raison pour laquelle vous souhaitez être contacté, nous pourrons vous fournir un meilleur service.
*
*

Final CEE consent

FAQ - Allaitement

Êtes-vous à l'abri d'une nouvelle grossesse pendant l'allaitement ?

 

On sait qu'il n'y a pas de menstruations pendant l'allaitement, mais cela doit uniquement être considéré comme une méthode de contraception sûre et fiable dans les conditions suivantes :1

La mère allaite le bébé complètement ou presque. Le bébé est allaité jour et nuit à la demande, au maximum 6 heures entre les repas. Si l’allaitement n’est pas complet, l’ovulation se produit plus souvent et les menstruations sont moins fréquentes.1

Lorsque les menstruations reprennent après 8 semaines, les chances de devenir enceinte augmentent également. Si une grossesse n'est pas souhaitée, une contraception appropriée doit être utilisée. Cependant, des saignements au cours des 8 premières semaines après la naissance ne sont très probablement pas une indication de la fécondité sans restriction.1

Si le bébé a plus de 6 mois, la probabilité de devenir enceinte augmente, même si le bébé est toujours allaité. À ce stade, la mère doit discuter avec son médecin des méthodes contraceptives appropriées.1

Si la mère ne veut pas allaiter ou sèvre rapidement le bébé, elle doit de nouveau utiliser au préalable un contraceptif car une ovulation peut être attendue à une date antérieure. La méthode appropriée doit être discutée avec votre médecin.1

 

Vers le haut

Est-ce que les bébés avec une malformation de la langue/une fente palatine peuvent tout de même être allaités ?

 

Tant que le bébé peut être placé correctement et prend du poids comme prévu, une intervention chirurgicale pour enlever la malformation n'est pas nécessaire. Si les bébés avec une fente palatine ne peuvent pas téter, le lait maternel extrait peut être donné avec une tétine spéciale extra large. Il convient d’obtenir les conseils et l’assistance d’un spécialiste pour assurer le succès de l’allaitement/alimentation.

 

Vers le haut

Comment une mère sait-elle si elle a assez de lait pour le bébé ?

 

L'une des principales raisons pour lesquelles les femmes arrêtent d'allaiter est de supposer qu'elles n'ont pas assez de lait.2 Mais pour rassurer la mère : tant que le bébé est en bonne santé et en pleine croissance, il n'a pas besoin de liquide supplémentaire ni d'autre nourriture.

Ahluwalia et al2 ont trouvé les pourcentages suivants en 2005 pour les femmes prêtes à abandonner parce qu'elles ne produisaient pas assez de lait :
 

  • 28,1% ont donc arrêté < 1 semaine après le début de l'allaitement
  • 38,8% ont arrêté 1-4 semaines après le début de l'allaitement
  • 37,1% ont arrêté > 4 semaines après le début de l'allaitement

    Cela est particulièrement vrai pour le moment où l'allaitement se met bien en place (environ 6 semaines), car le fait de nourrir au biberon peut affecter le début et la poursuite de l'allaitement.1

 

nach oben

Les mères séropositives sont-elles autorisées à allaiter ?

 

S'il existe une alternative sans danger et équivalente sur le plan nutritionnel pour les femmes séropositives, l'allaitement n'est pas recommandé car le virus peut être transmis de cette manière, 1 en particulier aux nouveau-nés.3
 
Cependant, si les maladies infectieuses et la malnutrition sont les principales causes de mortalité infantile, l'alimentation artificielle augmente considérablement le risque de maladie et de décès, quel que soit le statut du VIH1 ; une décision doit donc être prise en tenant compte des circonstances individuelles/locales.1

 

Vers le haut

Comment traite-t-on la jaunisse ?

 

La jaunisse est normale et peu surprenante chez les nouveau-nés en bonne santé : 15% des enfants nés à terme, encore plus chez les prématurés. La jaunisse des nouveau-nés est surtout physiologique et rarement dangereuse.
 
Chez quelques bébés, cependant, la jaunisse est un signe de maladie grave. En pareil cas, elle survient généralement tôt et/ou de manière forte. Les causes courantes d’une jaunisse grave comprennent les maladies hémolytiques d'étiologie différente et les infections.
 
La jaunisse survient souvent au cours de la première semaine de vie. Cela s’explique par le fait que le corps du bébé décompose les excès de globules rouges et produit un pigment jaune appelé bilirubine. La peau se décolore en raison de la bilirubine stockée, parfois aussi le blanc des yeux.

La jaunisse physiologique est une affection passagère qui survient dans les premiers jours de vie et disparaît normalement d’elle-même sans traitement. L'allaitement au sein et la lumière du jour soutiennent ce processus.

Une jaunisse qui survient dès le premier jour est moins normale et probablement liée à une maladie. Cette jaunisse doit être traitée rapidement. Un traitement par la lumière peut être utilisé pour traiter une jaunisse prolongée et réduire les niveaux de bilirubine. Le bébé est toujours nourri au sein et la fréquence d'allaitement peut être augmentée.

 

Vers le haut

Comment reconnaître une dépression postpartum ?

 

Au cours de la période post-partum, des perturbations émotionnelles et psychologiques peuvent facilement se produire. La fin de la grossesse et l'accouchement peuvent être difficiles, le corps change rapidement, surtout du point de vue hormonal. Dans les premiers jours qui suivent la naissance, le corps est souvent sensible et douloureux.1
 
Beaucoup de mères font l'expérience du « baby blues » lorsque leur corps et leur esprit tentent de composer avec les changements hormonaux. D'autres expériences révolutionnaires viennent s’ajouter dans la première semaine. Les symptômes de la dépression postpartum sont entre autres :
 

  • Souvent triste et déprimée
  • Pleurs fréquents ou hypersensibilité
  • Agitation, irritabilité ou tension
  • Pas d'intérêt et pas de joie de vivre
  • Perte d'appétit
  • Moins d'énergie et de motivation pour faire avancer les choses
  • Troubles du sommeil, y compris problèmes d'endormissement ou de sommeil total, besoin accru de sommeil
  • Se sentir sans valeur, sans espoir ou coupable
  • Perte ou gain de poids inexpliqué
  • Sentiment que la vie ne vaut pas la peine d'être vécue
  • Peu d'intérêt pour le bébé
     
    Le traitement de la dépression postpartum comprend une psychothérapie et des antidépresseurs. Il ne diffère donc pas du traitement des autres dépressions. Lorsque le personnel soignant et la famille soutiennent la mère, le risque de dépression est moindre après 6 mois.1

 

Vers le haut

Afficher les notes de bas de page

Notes de bas de page rassemblées

 

1. Postpartum Care of the Mother and Newborn: a practical guide, Report of a Technical Working Group, World Health Organization, WHO/RHT/MSM/98,3, verfügbar unter http://www.who.int/making_pregnancy_safer/documents/who_rht_msm_983/en/index.html, aufgerufen September 2008.
2. Ahluwalia IB, et al. Pediatrics 2005;116(6):1408–1412.

3. Coovadia HM et al. Lancet 2007;369(9567):1107–1116.

FAQ - Soins des seins

Comment traiter et prévenir les mamelons qui ont été endolories par l’allaitement ?

 

Les mamelons douloureux sont généralement un signe que le bébé n’est pas correctement positionné lors de l’allaitement. Le mamelon est tiré dans et hors de la bouche, ce qui provoque un frottement et des irritations.1

Une crème pour les mamelons protège et nourrit les mamelons. Si les mamelons sont extrêmement douloureux, des protège-mamelons peuvent être utilisés sous la supervision d'un médecin ou d'une sage-femme ou d'une conseillère en allaitement.

Les procédures/méthodes suivantes aident à prévenir les mamelons douloureux ou à favoriser la guérison :
 

  • Montrer le bon positionnement.
  • Les mamelons doivent avoir le plus d’air frais possible.
  • Si nécessaire, pendant un ou deux jours, la mère peut tirer le lait d'un sein afin d’accélérer le processus de guérison..

 

Vers le haut

Comment un engorgement est-il traité et évité ?

 

Un engorgement (étirement du tissu mammaire) est le résultat d'un positionnement incorrect ou d'un laps de temps trop long entre deux tétées et peut poser problème notamment pendant la montée de lait2. Pour remédier à l’engorgement, il est possible d'utiliser des coques ; l'application correcte doit être expliquée afin d'éviter un engorgement.1 Il est important de veiller à ce que le sein soit toujours complètement vidé.

 

Vers le haut

Comment traite-t-on et prévient-on les mastites et les canaux galactophores bouchés ?

 

Au début, une mastite résulte probablement d'une évacuation inadéquate d'une partie ou de la totalité du sein en raison d'une mauvaise position ou d'une mauvaise technique de succion ; par conséquent, aucun antibiotique n'est indiqué pour le moment.1,2

Au contraire, la technique d'allaitement doit être corrigée de sorte que le bébé soit mieux positionné sur le sein et que le lait soit vidé de la zone concernée. L’allaitement doit cependant continuer.1,2

En cas de mastite aiguë ou si l'état ne s'améliore pas dans les 12 à 24 heures, il convient de consulter un médecin susceptible de prescrire un antibiotique.1 Lors d'une mastite infectieuse aiguë, le sein affecté doit être vidé et le bébé être allaité de l'autre sein.

Si la mastite n’est pas infectieuse, il est recommandé d’allaiter d’abord au sein concerné pour que le plus de lait possible soit vidé.

 

Vers le haut

Qu'est-ce que le muguet et est-ce que l’allaitement peut tout de même avoir lieu ?

 

Le muguet est une infection à levures du sein, les symptômes sont des douleurs lors de l'allaitement et parfois des mamelons rougis, pas nécessairement des taches blanches. Dans ce cas, il faut également examiner la bouche du bébé pour détecter les symptômes du muguet. Il peut être soigné sans souci, mais mère et enfant peuvent avoir besoin d'un traitement anti-fongicide. Un médecin doit être consulté si le muguet est suspecté.2,3

 

Vers le haut

Afficher les notes de bas de page

Notes de bas de page rassemblées:

 

1. Postpartum Care of the Mother and Newborn: a practical guide, Report of a
Technical Working Group, World Health Organization, WHO/RHT/MSM/98,3,
verfügbar unter http://www.who.int/making_pregnancy_safer/documents/who_rht_ msm_983/en/index.html, aufgerufen September 2008.
2. Amir LH, Ingram J. Int Breastfeed J 2008;3(1):22.
3. http://www.nhsdirect.nhs.uk/articles/article.aspx?articleId=2448#anchor1, aufgerufen September 2008.